non moi j'attends que le vent tombe je suis trop lourd en ce moment, je mangerais plus de pain avec les nouilles

Morrissey Bravo

Morrissey Bravo
Morrissey Bravo

construction en images Roland Hoccry  (serviteur)

Réallisation de l'habitacle

Douglas DC3

Douglas DC-3
Douglas DC-3

Le Douglas DC-3 est un avion bimoteur de transport légendaire, dont 10 655 exemplaires ont été construits par Douglas Aircraft Company1 avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, sans compter les copies produites en URSS et au Japon. Conçu à l'origine comme une évolution du Douglas DC-2 permettant le transport de nuit, dans de grandes conditions de confort, de passagers empruntant les lignes transcontinentales d'Amérique du Nord, il est rapidement devenu un outil indispensable des armées alliées durant la Seconde Guerre mondiale. Les versions militaires C-47 Skytrain et C-53 Skytrooper, désignées R4D dans l'US Navy ou Dakota dans la Royal Air Force, ont été employées sur tous les fronts. Il a permis le transport de matériel et de troupes, participé aux grandes opérations aéroportées alliées, remorqué des planeurs de combat, rapatrié de nombreux blessés et participé au Pont aérien de Berlin en 1948. La Seconde Guerre mondiale achevée, les appareils provenant des surplus militaires ont permis le redémarrage du transport aérien mondial, et de nombreuses compagnies régulières utilisaient encore des DC-3 au début des années 1960, malgré les nombreuses tentatives menées par l'industrie aéronautique pour trouver un remplaçant idéal à cet appareil robuste et économique. Durant la guerre du Viêt Nam, le C-47 Skytrain fut encore utilisé comme avion d'appui tactique, tandis que des versions turbopropulsées voyaient le jour.

Construction DC3

DH 2

DH-2
DH-2

Historique[modifier]

Début 1915 il devint évident que le RFC avait besoin d’un chasseur monoplace équipé d’une arme tirant dans l’axe pour le Front ouest. Aucun dispositif fiable de synchronisation de tir à travers le disque de l’hélice n’étant disponible en Grande-BretagneGeoffrey de Havilland décida de réaliser un appareil dont l’hélice se trouverait derrière le pilote. Il dessina donc un appareil en bois entoilé similaire au DH.1 mais plus petit, monoplace et armé d’une unique mitrailleuse Lewis de 7,7 mm utilisant des chargeurs ronds de 47 cartouches.

Le prototype, qui effectua son premier vol le 1er juin 1915, possédait trois pivots pour la mitrailleuse, et le pilote devait déplacer l’arme (12 kg) d’un pivot à l’autre en vol, en fonction de ses besoins. Les pilotes comprirent rapidement que l’utilisation d’une arme fixe tirant dans l’axe de l’appareil était plus efficace que la manipulation d’une arme mobile, mais l'état-major ne l’entendait pas de cette oreille. La mitrailleuse fut finalement installée sur le pivot central, maintenue fixe par un dispositif déverrouillable en cas de besoin.

Dès sa mise en service il se révéla un adversaire redoutable pour les monoplans Fokker, brisant la suprématie aérienne acquise par l’Allemagne à l’automne 1915. C’était une machine très sensible aux commandes, terrifiant certains pilotes peu entraînés, ce qui lui valut le surnom de ‘Spinning Incinerator’ (Incinérateur en vrille), mais après une bonne prise en main il se révélait juste très maniable et assez facile à piloter.

 

Construction Du DH 2 en images

Pilatus

Pilatus
Pilatus

Le Pilatus PC-6 est un avion utilitaire ADAC (avion à décollage et atterrissage court) à ailes hautes construit par la société suisse Pilatus Aircraft.

Parfois surnommé la Jeep des airs, il a réalisé son premier vol le 4 mai 1959 avec un moteur à pistons Lycoming. Face à des performances remarquables de maniabilité, le prototype est engagé dans une expédition vers l'Himalaya en mars 1960. On peut encore y voir l'avion resté "là-haut". Il démontre son utilité dans la région et est amené à atteindre des plateaux à 5 700 m d'altitude où les limites de la motorisation se font sentir.

En adaptant un turbopropulseur, le PC-6 devient le PC6A Turbo-Porter. Il réalise son premier vol le 2 mai 1961 équipé d'une turbine Turboméca Astazou de 523 ch.

La version PC-6B est équipée d'un Pratt & Whitney Canada PT6A-6, cette version réalise son premier vol en mai 1964.

Il a eu une excellente carrière à l'exportation dans les cinq continents.

Sous le nom de Porter Hiller, le Pilatus PC-6A est certifié aux États-Unis en 1964, distribué par la Fairchild Hiller Corporation et évalué par l'US Army qui en convertit quelques-uns en gunship. De nos jours, il est surtout très utilisé pour le largage de parachutistes. Il peut en emporter 9 ou 10 selon les versions. Quasiment tous les centres de parachutisme français en possèdent un ou le louent.

 

Construction du Pilatus en images

B-24 Liberator

B-24 Liberator
B-24 Liberator

Les études préliminaires du projet commencent au début de 1939 suite à une demande concernant un bombardier lourd doté de caractéristiques de vitesse, d'autonomie et de plafond pratique supérieur au Boeing B-17.

Le prototype vole en décembre 1939 avec en particulier un profil d'ailes original, un fuselage profond et une grande soute à bombes avec des portes métalliques.

Le train d'atterrissage est de type tricycle avant et les roues principales s'escamotent horizontalement dans l'épaisseur des ailes.

Engagements[modifier]

Le B-24 est utilisé sur tous les théâtres d'opération de la Seconde Guerre mondiale par l'USAAF, aussi bien dans le Pacifique qu'en Europe. On le retrouve ainsi au sein de la 8th USAAF sur l'ETO (théâtre d'opération européen), et dans la 15th USAAF qui opère sur le MTO (théâtre d'opération méditerranéen). Les parachutages à la résistance française et italienne furent opérés par le 885th BS qui utilisait des B-24D et des B-17. Ce furent aussi des B-24 qui bombardèrent MarseilleCannes et Nice en mai 1944.

Bombardier lourd, il est surtout employé par les forces stratégiques, souvent aux côtés du B-17.

Plusieurs armées de l'air alliées exploitent cet appareil, notamment l'armée de l'air française qui l'avait commandé, mais que la défaite de juin 1940 empêcha d'utiliser, la Royal Air Force (qui reçut les B-24 français en plus des siens), la Royal Australian Air Force et l'Aviation royale du Canada ou l'Armée rouge.

Après-guerre, certains de ces avions sont utilisés par des compagnies civiles[réf. nécessaire].

 

MIG- 25

Mig-25
Mig-25

Decathlon

Decathlon
Decathlon

OV-10 Bronco

Construction Roland Hoccry administrateur

Motif De décoration